vendredi 20 août 2010

Et c' est la mer en nous ...


" Je vous ferai pleurer, c'est trop de grâce parmi nous ...
Pleurer de grâce, non de peine, dit le chanteur du plus beau chant ; et de ce pur émoi du coeur dont j'ignore la source, comme de ce pur instant de mer qui précède la brise ..."
Parlait ainsi l'homme de mer, tenant propos d'homme de mer.
Louait ainsi, louant l'amour et le désir de mer.
Et vers la mer, de toutes parts, ce ruissellement encore des sources de plaisir ...
"C'est une histoire que je dirai , c'est une histoire qu'on entendra ; c'est une histoire que je dirai comme il convient qu'elle soit dite ;
Et de telle grâce sera-t-elle dite qu'il faudra bien qu'on s'en réjouisse
Certes une histoire qu'on veuille entendre dans l'insouciance encore de la mort
Et telle et telle en sa fraîcheur, au coeur de l'homme sans mémoire
Qu'elle nous soit faveur nouvelle et comme brise d'estuaire en vue des lampes de terre
Et de ceux-là qui l'entendront, assis sous le grand arbre du chagrin
Il n'en est peu qui ne se lèvent, qui ne se lèvent et n'aillent à nous souriant
Dans les fougères encore de l'enfance et le déroulement des crosses de mort "
...
Et c'est un chant de mer comme il n'en fut jamais chanté
Et c'est la mer en nous qui le chantera
La mer en nous portée jusqu'à la satiété du souffle et la péroraison du souffle
La mer en nous portant son bruit soyeux du large et toute sa grande fraîcheur d'aubaine par le monde
Poésie pour apaiser la fièvre d'une veille au périple de Mer
Poésie pour mieux vivre notre veille au délice de Mer
Et c'est un songe de Mer comme il n'en fut jamais songé
Et c'est la Mer en nous qui le songera
La Mer en nous tissée jusqu'à ses ronceraies d'abîme
La Mer en nous tissant ses grandes heures de lumière et ses grandes pistes de ténèbre
..."
Amers, Saint-John Perse

4 commentaires:

  1. Quel beau mariage de mots et d'images

    RépondreSupprimer
  2. ... ... ... et la lumière en soi ... merci, c'est très beau

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais combien de fois j'ai lu Amers et pourtant, ici, avec ce fond sombre et ton illustration, c'était encore une nouvelle émotion.

    RépondreSupprimer