dimanche 15 août 2010

Passe le temps, l'émotion reste intacte ...


Escapade au coeur du Kaïkan
S'enflent les voix secondées
S'harmonisent les chants minutés
Se déploie le temps mordoré

De quels lointains venaient ces secondes, ces minutes, ces temps-là?
L'eau se dressa en gouttes salées, fit naître d'elle-même un nouvel être de mélodies syncopées, de voix diluées, de sonorités aériennes
Les gouttes de sueur au ciel étoilé se firent poussières irisées
Vision instantanée d'un temps déployé
Le cheminement de l'esprit en action de profondeur jouait sur des plans superposés
La durée s'amplifiait
Elle imprimait à la continuité des pulvérisations joyeuses de vie, d'enrichissement, d'expansion et de chants d'espoir
Me sourit le Passeur ...

L'enthousiasme se frayait un passage au chemin du coeur
Je me dis que chacun d'entre nous hébergeait en son sein ces espaces de possibles
Me revinrent en souvenir des visages d'enfants, d'hommes, de femmes
Et cette voix retrouvée du "Chant de Kaïkan"
Le bateau fend les flots
A son bord, des voix s'élèvent en vaporisations d'espoir éventé
Le temps n'est plus de durée
Il est de semences
Il gonfle l'itinéraire d'espace, d'éternité, d'illimité, de possibles juxtaposés et juxtaposables
Pourquoi, jusqu'alors avais-je réduit ma vie à une succession de moments, tenté de reconstruire en logique linéaire souvenirs et espérance ?
Rien de tout cela n'avait de sens sinon l'asphyxie lente et sournoise de projections d'épanouissement en avortement d'elles-mêmes
La vie est donc plus ample, plus malléable, plus généreuse
Passé, présent et avenir ne sont plus figés, ils sont de respiration et d'engendrement
La vague se repose alors
Elle respire aux rythmes de lune
Ai-je rêvé ?
Le sablier avait écoulé méticuleusement sa ration d'or
La chant des secondes avait nourri minutes et heures
Tout semblait réglé à l'ordonnance du temps qui s'écoule

Et pourtant, et pourtant
Instants et éternité avaient ôté le voile
Je découvre pudiquement leur subtile harmonie et je chante
Au ponton résonnent les horloges d'un temps libéré et libérateur
...







2 commentaires:

  1. Bienvenue dans le monde

    RépondreSupprimer
  2. Kaîkan, Amie, ce texte est magnifique. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer